Les livres sur la mer

Les vacances approchant, le beau temps se faisant de plus en plus sentir j’ai eu l’idée de vous faire une petite sélection sur les livres ayant pour thème la mer. Si vous voulez trouver des lectures parfaites pour l’été c’est par ici !

 

« La mer, elle est partout. Lorsque je pense aux années d’avant, c’est d’elle dont je me souviens en premier, elle m’encercle, elle me hante, elle me rassure, elle ne me lasse jamais, elle est celle qui m’accompagne. C’est la mer que j’ai passé le plus de temps à contempler. Je crois que je la contemple encore quand elle n’est pas là. » Philippe Besson

 

Océan mer d’Alessandro Baricco

1489608-gf

J’ai déjà écrit un article coup de cœur sur ce livre mais je vous en reparle ici. Quand on me demande un livre sur la mer, ce titre est le premier qui me vient à l’esprit car « l’Océan mer » y est un personnage à part entière. C’est un roman racontant l’histoire de plusieurs personnages, tous clients dans un hôtel en bord de mer, jusqu’au jour de la tempête. En parallèle à leur quotidien, on suit également le récit d’un radeau qui a fait naufrage des années auparavant.

Ce livre est absolument parfait si vous voulez prendre une bonne bouchée d’air frais et, surtout, si vous voulez plonger dans le merveilleux style de Baricco. Ce livre est un ovni qui mêle poésie, aventure, philosophie… Une merveille. Un auteur fantastique. Tout le monde devrait lire ce livre, on en ressort pas indemne.

Novencento : pianiste d’Alessandro Baricco

71tD0D0pNmL

Hé oui, encore cet écrivain ! Cette fois, Baricco nous emmène sur un bateau où il nous raconte la vie d’un pianiste de jazz qui n’a jamais connu la vie sur terre mais seulement sur l’océan… A nouveau, la mer devient un personnage du roman. Roman qui n’est pas vraiment un roman mais une espèce de mélange entre une pièce de théâtre et de la poésie. Baricco fait du Baricco, tout simplement, et c’est magnifique, comme toujours.

Eldorado de Laurent Gaudé

eldorado-380502

Voilà, une autre belle petite merveille qui aborde la mer non plus dans son aspect presque mystique et esthétique mais par un biais beaucoup plus actuel : celui des migrants. Nous suivons l’histoire de Salvatore Piracci, commandant dans la marine, et depuis trois ans, commandant de la frégate Zeffiro, un navire des gardes côtes italiens chargé de surveiller les embarcations amenant illégalement des immigrés clandestins. Un jour, une femme qu’il avait sauvé des années auparavant le retrouve pour lui demander une arme qui lui permettra de se venger des passeurs étant responsable de la mort de son enfant lors de la traversée. Elle prévoit de retourner au Moyen-Orient pour les tuer, un jour Salvatore décide de tout quitter pour partir en direction de l’Afrique du nord à bord d’un bateau de pêcheur. L’histoire de ce commandant se mêle à celle de deux frères soudanais tentant de rejoindre l’Europe.

C’est un petit livre dont on ne ressort pas indemne, il m’a beaucoup marqué et est magnifiquement bien écrit. Laurent Gaudé traite très justement, avec finesse et retenue un sujet très compliqué et d’actualité, sans pathos.

Moby Dick d’Herman Melville

bm_20031_aj_m_5224

Un classique de la littérature américaine que je n’ai pas encore lu mais que je prévois de lire un jour ! Je ne pouvais pas vous faire une liste de livre ayant pour thème la mer sans vous citer celui-ci.

Le narrateur du roman est Ismaël, un jeune marin, qui s’embarque sur le navire du capitaine Achab pour partir à la chasse à la baleine. Or, le capitaine traque une baleine en particulier : Moby Dick car c’est à cause d’elle qu’il a perdu sa jambe. Pour se venger, il ne cesse de la poursuivre tout autour du monde. C’est un véritable roman d’aventure, ayant pour principale scène la mer et l’océan.

Océania d’Hélène Montardre

La-prophetie-des-oiseaux

Cette fois-ci, un genre totalement différent : une dystopie qui traite du réchauffement climatique et de la possible montée des eaux qui engloutirait la Terre entière. Flavia, 16 ans, vit depuis son enfance avec son grand-père Anatole, un guetteur passionné par les oiseaux. De leur habitation près de la côte, ils assistent à la montée des eaux qui menacent d’envahir leur village déserté et après lui, le pays entier et les continents… Une émission télé, Le Choix Final permet au gagnant de se voir offrir une place sur l’Espérance, le dernier bateau en partance vers les Etats-Unis, le seul pays ayant construit une digue pouvant se protéger de la montée des eaux. Flavia essaye de tenter sa chance mais le jeu est truqué et parvient seulement jusqu’en demi-finale. Cependant, le capitaine d’un brick goélette, un voilier ancien, lui offre une place sur son bateau : la dernière occasion pour elle de partir aux Etats-Unis… avant l’engloutissement des terres.

J’ai lu ce livre il y a très longtemps mais j’en garde un excellent souvenir ! Je me souviens que j’avais adoré les personnages et que je ne pouvais plus m’arrêter de lire la suite (composée de 4 tomes), je vous conseille cette sage si vous voulez lire une dystopie pas très connue mais pourtant très sympathique à découvrir.

Celui qui n’avait jamais vu la mer de Le Clézio

product_9782070624256_195x320

Là encore je vous en ai déjà parlé juste ici mais ce n’est pas grave. C’est l’histoire de Daniel qui décide de partir, du jour au lendemain, pour aller voir la mer qu’il n’a encore jamais vu. C’est un roman écrit à la troisième personne du singulier, du point de vue du personnage principal.

Ce qui m’a beaucoup plu dans cette petite nouvelle c’est le sentiment d’émerveillement et le véritable spectacle que nous partageons avec le personnage principal, j’avais l’impression de découvrir, moi aussi, la mer pour la première fois. De plus, du fait qu’il n’y a que ce garçon et la mer je ressentais un sentiment de solitude, de solitude calme pas angoissante. La description de la mer y est simple mais très belle et poétique.

Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys

CVT_Le-Sel-de-Nos-Larmes_2203.jpg

Voilà un livre qui a beaucoup fait parlé de lui, qui n’a connu que des éloges cette année mais que je n’ai toujours pas lu ! (honte à moi)

C’est un roman historique sur un épisode de la Seconde Guerre Mondiale pas très connu du grand public : la catastrophe du navire Wilhem Gustloff.  Nous suivons l’histoire de quatre adolescents, chacun né dans un pays différent, ayant vécu sa propre guerre. Leur but est d’embarquer sur ce navire, promesse de liberté…

Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway

51gHAIxSYAL._SX302_BO1,204,203,200_

Encore un classique de la littérature américain que je ne pouvais pas ne pas citer dans un thème comme celui-ci. Cette histoire met en scène deux personnages : Santiago, le vieux pêcheur qui n’a pas attrapé de poisson depuis 84 jours et un jeune garçon Manolin qui ne cesse de croire au vieil homme. Faisant face aux récents échec du vieil homme, les parents de Manolin interdisent à celui-ci d’embarquer sur le bateau avec Santiago. Une lutte sans relâche entre Santiago et le poisson s’engage.

C’est un beau petit roman, avec un beau message philosophique et encore et toujours cette vieille mer veillant en arrière-plan, comme un second personnage.

Vingt milles lieues sous les mers de Jules Verne

71ToD2COYUL

Le professeur Aronnax, son domestique Conseil et le harponneur Ned Land cherchent à capturer un fantastique monstre marin. Ils se retrouvent prisonniers du capitaine Némo, à bord de son sous-marin le Nautilus. Pourquoi le capitaine les retient-ils prisonniers ? Quel secret cache-t-il ?

Voilà un autre classique que tout le monde me conseille de lire mais que je n’ai toujours pas lu (à nouveau, honte à moi), c’est un roman parfait si vous souhaitez lire une histoire d’aventure pleine de rebondissements et de suspense qui se passe, cette fois-ci dans les profondeurs de l’océan avec des d’étranges machines et non à la surface. Ce n’est plus l’aspect esthétique qui est intéressé ici mais l’aspect mystérieux de cette mer et de ces profondeurs.

Les déferlantes de Claudie Gallay

les-deferlantes-2720232

La narratrice vit en Bretagne, dans une petite ville où tout le monde se connaît et observe les oiseaux migrateurs. Elle y vit seule et est déprimée. Un jour, un inconnu arrive, il s’appelle Lambert. La narratrice est mystérieusement attirée par lui et le mystère qui l’entoure. Elle va découvrir qu’il est venu précisément dans ce village pour une raison : enquêter sur un accident qui s’est passé alors qu’il était enfant.

La mer décrite ici fait partie d’une nature sauvage, il est souvent question de tempête, de mauvais temps, de pluie… Le roman présente un problème de rythme, c’est une lecture qui va très lentement mais heureusement ce défaut est compensé par la qualité du style de l’auteur qui a une prose très belle. Je ne vous conseille pas de lire ce livre si vous êtes actuellement déprimé, cela risque de vous déprimer encore plus mais rien que pour les propos tenus sur la mer il mérite d’être lu !

Bulle ou la voix de l’océan de René Fallet

product_9782070623723_244x0

Le personnage principal de ce roman est Bulle, un coquillage rare des mers du Sud, elle souhaite bien s’entendre avec son locataire, un mollusque. Mais Bulle rêve de voyager, et elle se retrouve un beau jour sur un bateau pirate. Alors qu’elle va passer de main en main nous allons suivre son aventure sur la mer.

C’est un roman que je ne connaissais pas du tout et que j’ai découvert lorsque je vous contoctais cette petite liste, j’ai absolument voulu vous le faire découvrir car c’est une histoire qui me semble originale. Suivre les aventures d’un coquillage du point de vue de celui-ci me semble tout à fait sympathique à lire. Dès que je l’aurais lu je vous posterais un avis, en attendant n’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé ou ce que vous en pensez !

On ira voir la mer d’Olivier Adam

41FRNVQEP0L

Olivier et Lorette sont amis depuis le CM2, inséparables. Ils se sont promis qu’un jour ils iraient voir la mer, Lorette est en colère contre tout le monde, c’est une enfant rebelle, mal dans sa peau et détruite. Elle fait seulement confiance à Olivier qui ne lui demande rien, un jour elle décide de tout lui raconter avant de partir à la mer avec lui.

Voilà un aspect de la mer que j’adore en littérature, c’est cette étendue de calme et d’infinité que les personnages recherchent. Comme si la mer était le seul endroit où l’on pourrait se sentir vivant, calme ou en accord avec soi-même. C’est un bel aspect de la mer qui est décrit dans ce roman et les personnages sont tout deux très attachants.

 

« La mer, invisible, faisait un remue-ménage incroyable. Le vent soufflait, chamboulant le monde, les paroles, les visages, les pensées. Merveilleux vent. Et océan mer. » Alessandro Baricco

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s